Le rapport annuel d'activités de la CELS 2015-2016

Commission épiscopale de liturgie et des sacrements

Rapport annuel d’activités 2015-2016

La Commission épiscopale de liturgie et des sacrements (CELS) est formée de Mgr Yvon Joseph Moreau, O.C.S.O., président, de Mgr Jean Gagnon, de Mgr Pierre Morissette et de Mgr Serge Poitras. Le directeur de l’Office national de liturgie en est le secrétaire. La Commission a tenu trois réunions régulières au cours de l’année 2015-2016. Voici les principales questions abordées à la Commission et traitées à l’Office national de liturgie.

I –  Les faits saillants

1. La relocalisation du bureau de l’Office national de liturgie et la rationalisation de son personnel

À la suite d’une consultation faite auprès des évêques du Secteur français de la Conférence, le Bureau de direction et le Conseil permanent ont décidé de relocaliser le bureau de l’Office national de liturgie (situé depuis plus de 45 ans à Montréal) dans l’édifice du Secrétariat général de la Conférence des évêques catholiques du Canada, au 2500 promenade Don Reid à Ottawa. Cette décision, prise pour des fins économiques et pour assurer une meilleure concertation avec les autres services, particulièrement celui du National Liturgy Office du Secteur anglais, a cependant amené aussi l’abolition de quelques postes : les responsables du secrétariat, de la musique et du chant liturgique, de la bibliothèque et des archives. Un nouveau poste a été créé, celui de coordonnateur des activités de l’Office national, en remplacement de celuid’adjoint au directeur. Le contrat du rédacteur en chef de la revue Vivre et célébrer a été renouvelé, mais celui de la personne responsable de la coordination du Parcours de formation liturgique et sacramentelle n’a été reconduit que partiellement à partir du mois de janvier pour accompagner les groupes jusqu’à la fin de leur Parcours en juin 2016.

2.  Le Parcours de formation liturgique et sacramentelle

En 2015-2016, le groupe du diocèse dEdmonton et le groupe de différentes communautés religieuses du diocèse de Québec ont terminé le cycle des deux années. Au cours de l’année 2016-2017, il se peut que trois groupes démarrent le programme. Il s’agit des diocèses de Sherbrooke (un secteur de paroisses), d’Ottawa et de Montréal.

Avec les groupes qui ont terminé leur formation ce printemps, 22 diocèses du Secteur français et un diocèse du Secteur anglais se sont engagés dans le programme, pour un total de 24 groupes depuis son lancement en 2007, ce qui représente plus de 650 participantes et participants.


ANNÉES

DIOCÈSES INSCRITS

2014-2016

Edmonton

Québec (communautés religieuses)

2016-2018

En cours de travail préparatoire : Ottawa

En cours de travail préparatoire : Montréal

Début en octobre 2016 :
Sherbrooke

         

3. Des priorités dans les dossiers de la formation et de la recherche

À la suite de la rencontre annuelle des responsables diocésains de liturgie les 14 et 15 octobre 2015, la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements a entériné les dossiers de recherche et de formation demandés en liturgie, afin de répondre aux besoins des diocèses francophones, compte tenu de la situation de leur personnel et des tournants pastoraux nouveaux. En termes d’objectifs, ces dossiers se lisent comme suit :

  1. Continuer à promouvoir et à animer le Parcours de formation liturgique et sacramentelle là où des diocèses et des régions n’ont pas eu l’occasion de le recevoir ou désirent le reprendre avec de nouvelles personnes.
  2. S’inspirer de l’expérience des ateliers « Être catéchète » proposés aux catéchètes par les diocèses et le Service d’aide aux catéchètes de l’Office de catéchèse du Québec (voir la page : < http://catechetes.qc.ca/ateliers_etre_kt/index.html >) pour développer des ateliers comparables pour les intervenants en liturgie. Un diocèse a de l’intérêt pour expérimenter cette proposition.
  3. Préparer des sessions ponctuelles, des sessions thématiques modulables, sur des besoins déjà exprimés comme : « Les célébrations des funérailles et les liturgies au salon funéraire », « Les célébrations dominicales de la Parole et sur semaine », « L’équipe liturgique dans le contexte des réaménagements pastoraux », « La préparation de célébrations et l’ouverture à la créativité », etc. Une cueillette des orientations, des pratiques liturgiques et des besoins de formation de chacun des diocèses du Secteur français a été faite par l’ONL sur les funérailles chrétiennes et les célébrations aux salons funéraires, de même que sur les célébrations dominicales de la Parole.
  4. Explorer et développer des moyens pédagogiques pour assurer la formation des assemblées : capsules, grille de relecture, démarche mystagogique, utilisation de site internet, etc.
  5. Assurer un tutorat pour des nouveaux responsables diocésains de liturgie.

N’ayant plus de personne contractuelle pour assurer leur suivi, l’Office national de liturgie travaille actuellement à l’élaboration d’un partenariat avec une institution universitaire qui pourrait en prendre la relève.

4. L’arrivée de la nouvelle version française du Lectionnaire pour le Canada

Lors de la Session plénière du 14 au 18 septembre 2015, sur la recommandation de la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements, les évêques du Secteur français ont voté avec une abstention sur l’abandon du projet de langage inclusif pour la future version française du Lectionnaire canadien. Une appréciation du travail amorcé par un Comité de l’Office national de liturgie ne démontrait pas une certaine unanimité sur les adaptations proposées, et la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements tardait à donner sa réponse sur la ratio translationis qui orientait ces adaptations. Le 16 octobre 2015, les évêques du Secteur français ont approuvé la traduction du Lectionnaire extraite de la Bible, Traduction officielle liturgique (AELF, Paris, 2013), en communion avec toutes les Conférences reliées à la Commission épiscopale francophone pour  les traductions liturgiques (CEFTL). Après en avoir fait la demande, la Conférence des évêques catholiques du Canada recevait de la Congrégation la recognitio pour les lectionnaires dominical et férial (sur semaine) le 16 janvier 2016 (Prot. N. 2/16/L), et celle du lectionnaire sanctoral le 27 janvier 2016 (Prot. N. 31/16/L). Le lectionnaire sanctoral contient, en plus du Propre des saints et saintes du Canada, les textes pour les messes rituelles, votives, pour les circonstances particulières et pour les funérailles. Un décret signé le 15 mai 2016, en la solennité de la Pentecôte, par le Président de la Conférence, Mgr Douglas Crosby, OMI, et par le Secrétaire général, Mgr Frank Leo, jr, C.S.S., a approuvé au nom de la Conférence la nouvelle édition des lectionnaires et en a autorisé l’usage obligatoire à compter du 4 septembre 2016, 23e dimanche du temps ordinaire de l’année C, remplaçant ainsi toute autre édition. Depuis lors, la vente des trois lectionnaires se réalise par les Éditions de la CECC en concertation avec l’évêque de chaque diocèse et selon le type de promotion que ce dernier favorise. La publicité s’est réalisée par le site des Éditions de la CECC, par un envoi postal à toutes les paroisses des diocèses de la Conférence, par les réseaux de l’Office national de liturgie, par une intervention à la chaine télévisée de Sel et lumière, par la distribution d’un numéro spécial de la revue Magnificat sur le sens du Lectionnaire et par le no 226 de la revue Vivre et célébrer.

Le Lectionnaire de la Passion  de Notre Seigneur Jésus Christ, un boîtier de quatre fascicules identiques, chacun contenant les quatre récits de la Passion, est également en vente aux Éditions de la CECC.

L’idée d’avoir une édition canadienne de l’Évangéliaire a été abandonnée à cause des coûts de production trop élevés. Une édition par la maison Fleurus-Mame de ce livre liturgique destinée à toute la francophonie devrait paraître en novembre 2016.

Une édition canadienne du lectionnaire dominical comme instrument de travail pour les lecteurs et les lectrices est encore à l’étude, les coûts d’impressions demeurant toutefois très élevés.

5. Le nouveau Calendrier liturgique propre aux diocèses du Canada

Sur la recommandation des Commissions épiscopales de liturgie et des sacrements des deux Secteurs de la Conférence, (CELS et ECLS), les évêques ont voté le 21 décembre 2015 sur des changements à apporter au Calendrier liturgique propre aux diocèses du Canada du 9 février 2011 (Prot. N.108/11/L). Après avoir acheminé ces demandes à la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements, la Conférence a reçu sans tarder une réponse affirmative pour rendre obligatoires les mémoires facultatives de sainte Kateri Tekakwitha, le 17 avril, de sainte Marie de l’Incarnation, le 30 avril et de saint François de Laval, le 6 mai. Les demandes de titres à ajouter à certains saints du Calendrier liturgique général de l’Église, même si elles n’ont pas été retenues par la Congrégation pour le Calendrier, ont été considérées comme des pratiques dévotionnelles pouvant être inscrites dans les deux versions de l’Ordo liturgique. Le Congrégation a référé aux Églises locales les demandes des mémoires facultatives de Ann Elizabeth Seton et de Élisabeth Turgeon. Le nouveau Calendrier liturgique propre aux diocèses du Canada a été reconnu par la Congrégation le 27 janvier 2016 (Prot. N. 32/16).

6. Les adaptations canadiennes au Missel romain

Deux votes consultatifs de la part des évêques du Secteur français et deux demandes d’opinions de la part des évêques des diocèses bilingues ont été réalisés au sujet du Missel romain : le 30 novembre 2015, sur les messes rituelles, diverses, votives et pour les personnes défuntes ; le 1er février 2016, sur certains éléments de l’Ordo missae dont la traduction littérale du latin au français apporte quelques changements aux paroles actuelles du célébrant et de l’assemblée. Les résultats de ces démarches ont été transmis à la CEFTL qui, avec les autres Conférences de langue française, assure le suivi au développement de la future édition du Missel romain. Lorsque le texte sera complété, les évêques du Secteur français devront canoniquement voter et ceux des diocèses bilingues donner leur opinion.

7. L’Office national de liturgie et deux pages Facebook

Afin de mieux communiquer avec les personnes responsables de la liturgie, l’Office national de liturgie a ouvert deux pages sur Facebook pour des groupes privés, l’une pour les responsables diocésains de liturgie, l’autre pour les participantes et les participants anciens et actuels du Parcours de formation liturgique et sacramentel. Ces pages permettent à chaque personne inscrite d’échanger avec les autres des informations utiles au développement de la liturgie : articles pertinents, schémas de célébration, annonce de sessions, recension de volumes, etc.

8. Le Fonds ONL au Collège universitaire dominicain à Ottawa

Le déménagement du bureau de l’Office national de liturgie à Ottawa s’est accompagné du transport des nombreux livres de sa bibliothèque. Ce patrimoine spécialisé en théologie sacramentaire et en liturgie ne pouvant être intégralement conservé dans l’édifice du Secrétariat général, étant également peu accessible aux chercheurs, l’archiviste de la CECC et le directeur de l’ONL ont communiqué avec le président du Collège universitaire dominicain pour confier une partie de cette collection sous le nom de Fonds ONL à la bibliothèque du Collège. L’Office national a toutefois conservé les rayons de livres et les collections de revues nécessaires à son travail de recherche, de préparation de documents et de sessions d’animation, et d’édition, comme la revue Vivre et célébrer.

II- Publications parues au cours de l’année 2015-2016 et à venir

9. La revue Vivre et célébrer en format numérique

Depuis la dernière assemblée, trois numéros de la revue Vivre et célébrer sont parus : le no 223 (automne 2015) : Chantez, jouez pour le Seigneur ! ; le no 224 (hiver 2015) : La réconciliation : de l’excuse au pardon. ; le no 225 (automne 2016): L’homélie, un art de faire.  Le no 226 (hiver 2016) paraîtra en novembre et sera le premier numéro en format numérique. Il portera sur Le nouveau Lectionnaire romain francophone.

Le Comité d’orientation de la revue avait retenu les thèmes suivants pour les numéros à venir au cours de la prochaine année : le no 227 (printemps 2017): Éléments du congrès de la Societas Liturgica tenu à l’Université Laval du 10 au 16 août 2015 ; le no 228 (été 2017) : Prière du président ; le no 229 (automne 2017) : Prière de l’assemblée. Le changement de format de la revue amènera sans doute une révision de ces thèmes.

Le Comité d’orientation avait suggéré, l’an dernier, des pistes intéressantes pour relancer la revue, mais il devait également trouver des solutions pour en diminuer les coûts de production. L’option de publier la revue en format numérique fut étudiée et elle s’est avérée le meilleur moyen d’atteindre ces objectifs. Ce virage permettraun accès gratuit, et donc disponible pour un plus grand nombre d’abonnés, ainsi qu’une réduction des deux tiers de son budget de production. Nous avons demandé l’aide d’un graphiste professionnel pour donner un nouveau visageà la revue et avoir des paramètres de publication conformes à la culture médiatique informatique. Les fidèles abonnés ont reçu un avis du changement du format de la revue, les uns pour en être informés et être remboursés de l’annulation des numéros papiers à venir, les autres pour en être simplement informés, mais tous pour être invités à s’inscrire à l’adresse de l’Office national Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. pour recevoir la revue dans son nouveau format. Les membres de la Commission épiscopale et le Bureau de direction de la CECC se réjouissent de ce processus de changement et tous ont réaffirmé leur conviction que la revue est un instrument privilégié de formation et d’information pour les responsables de liturgie.

10. La parution de Florilèges pour les saints et les saintes du Canada

Les éditions Laudem ont fait paraître un recueil d’hymnes pour les saints et les saintes de notre pays. Cet ouvrage fut lancé à l’occasion de la rencontre annuelle des responsables diocésains de liturgie au mois d’octobre 2015. Il offre des hymnes de qualité pour honorer et prier les saints du Calendrier liturgique propre aux diocèses du Canada. Merci aux éditions Laudem où il est possible de se procurer le livre :
<
https://laudemcanada,wordpress.com/revue-laudem/editions-laudem>

11. D’autres pas dans l’harmonisation des versions françaises et anglaises de l’Ordo

À la demande des membres du Comité permanent de la Conférence, nous avons continué à cerner les rapprochements possibles entre les versions française et anglaise de l’Ordo, afin de leur assurer une plus grande congruence. La présentation des quêtes annuelles avait été révisée dans l’édition de l’année 2016 et certaines annotations de fêtes diocésaines ont été vérifiées pour l’année 2016-2017. Une correction de la version française de l’Ordo 2016 a été mise sur le site de la CECC et de l’ONL pour ajuster la période couvrant le 4 septembre au 26 novembre 2016 aux éléments du nouveau Lectionnaire : pages de référence, variété des titres et des antiennes aux psaumes.

12. L’appréciation du guide : Confirmation. Notes pastorales et propositions de célébrations

Ce nouvel instrument d’orientation et d’éléments pratiques pour les célébrations de la Confirmation a été à l’étude lors de la rencontre annuelle des responsables diocésains de liturgie et des responsables du service d’initiation à la vie chrétienne des mêmes diocèses. Plusieurs responsables ont continué à approfondir les éléments de ce volume et à s’en inspirer pour former des catéchètes et des liturgistes engagés dans l’accompagnement des personnes demandant de compléter leur initiation chrétienne par le sacrement de la confirmation.

13. Recueil de célébrations des saints et saintes, bienheureux et bienheureuses du Canada

Le recueil de célébrations a été augmenté d’un fascicule cette année, par la publication du formulaire de la bienheureuse Élisabeth Turgeon, célébrée le 17 août. Cette mémoire n’a pas été retenue pour le Calendrier propre aux diocèses du Canada, mais les diocèses les plus concernés peuvent demander à la Congrégation du culte divin et la discipline des sacrements de l’inscrire dans leur calendrier propre. Avec la parution de la nouvelle version française du Lectionnaire et l’arrivée éventuelle, à l’Avent 2017, de la version française de la troisième édition typique du Missel romain, la Commission doit repenser à l’édition de ces recueils. La suggestion de relier ensemble chacun de ces fascicules pour en faire un Missel des saints et des bienheureux propres au Canada, accompagné d’un Lectionnaire, ne semble pas susciter l’intérêt des membres de la Commission. Le format actuel permet la flexibilité et la possibilité d’ajustements nécessaires au fil de l’évolution du Calendrier liturgique du pays.

                                                                                                                                                     

+ Yvon Joseph Moreau, O.C.S.O.                                                  Louis-André Naud

évêque de Sainte-Anne-de-la-Pocatière                                         directeur de l’ONL

Président de la Commission épiscopale de liturgie et des sacrements                 Secrétaire de la CELS

                                                                                                                                                         Le 25 juin 2016