Célébrer un saint ou une sainte inscrits au Martyrologe

6 novembre 2012
 
Bonjour,

Je suis surprise de constater que la fête de sainte Faustine, le 5 octobre, et celle du bienheureux Jean-Paul II, le 22 octobre, qui sont, je crois, au calendrier universel, ne sont pas soulignées dans l’Ordo. Je me demande pourquoi elles n’y sont pas. Je trouve ces fêtes importantes, autant que saint Padré Pio, ou sainte Bernadette Soubirous. (Ceci étant dit, je ne veux pas paraître mésestimer ces derniers, que je prie autant que les deux premiers.)
 
Merci pour votre bienveillante attention et pour votre information. Félicitations pour la présentation de l’Ordo que je fréquente beaucoup.
 
Sr R.-A. D.
 

Bonjour Sr R.-A.,

Votre question est très intéressante et nous est souvent posée, non seulement pour sainte Faustine ou le bienheureux Jean-Paul II, mais aussi pour le bienheureux Jean XXIII ou saint Josemaria Escriva de Balaguer, et pour beaucoup d’autres. (NDLR : Jean-Paul II et Jean XXIII ont depuis été canonisés, le 27 avril 2014.)
La première distinction à faire est entre le calendrier universel de l’Église et le calendrier liturgique. Le Martyrologe romain, que vous appelez le calendrier universel de l’Église, mentionne les dates de mémoire de tous les saints et saintes, bienheureuses et bienheureux de l’Église latine; il s’agit de milliers de personnes. Le calendrier liturgique, de son côté, est beaucoup plus restreint, et on le retrouve en premier lieu dans le Missel romain; il s’agit des fêtes observées partout dans l’Église latine. Il y a ensuite les calendriers propres d’un pays, d’une région ou d’un diocèse, ou encore, d’une communauté religieuse déterminée.
 
Sainte Faustine, par exemple, est inscrite au Martyrologe romain le 5 octobre, comme vous le soulignez. Mais elle ne figure pas au calendrier du Missel romain général. Elle est néanmoins célébrée en Pologne, dans sa communauté religieuse, et aussi dans d’autres pays qui en ont expressément fait la demande et que la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements a acceptée. Pour les bienheureuses et les bienheureux, aucun n’est inscrit au calendrier liturgique du Missel romain, mais uniquement dans leur pays d’origine et de vie.
 
Pour inscrire un saint, une sainte, un bienheureux ou une bienheureuse dans le calendrier liturgique d’un pays ou d’un diocèse, il faut que cette personne ait vécu ou soit morte dans ce diocèse ou ce pays. Il faut aussi qu’il ou elle fasse l’objet d’une large dévotion de la part du peuple de Dieu. Les évêques concernés se prononcent alors sur l’opportunité d’inscrire cette fête dans un calendrier liturgique particulier et en font la demande à la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements qui acceptera ou non de le faire et de l’approuver.
 
Toutefois, lorsque le calendrier liturgique n’a pas de fête ou de mémoire obligatoire, on peut célébrer une mémoire facultative de tous les saints ou saintes inscrits au Martyrologe romain ce même jour. Je reprends l’exemple du 5 octobre. Il s’agit d’un jour de férie, à moins que cette date tombe un dimanche. Il est donc possible de célébrer la mémoire facultative de sainte Faustine ce jour-là, ou encore, la mémoire des 19 autres saints ou saintes inscrits à cette date dans le Martyrologe romain.
 
Tout cela est un peu complexe, mais je souhaite néanmoins avoir apporté un peu de lumière dans votre interrogation.
 
Avec mes salutations cordiales,