Récit de l'Institution sur «Amazing grace»

Q. Il arrive à l’occasion que l’on entende le récit de l’Institution (qu’on appelle aussi la consécration) non pas dit par le prêtre, mais chanté sur l'air de Amazing grace par un groupe de choristes, le prêtre se réservant uniquement les paroles du Christ « Prenez, et mangez-en tous […] ». Cette pratique a pour but, dit-on, de solenniser ce moment de la célébration. Que dire à propos de cette pratique?

P.D.

R. Cette pratique est contraire à l’esprit et à la lettre de la Présentation générale du Missel romain. L’article 147 est clair : « La Prière eucharistique exige, de par sa nature, que seul le prêtre la prononce, en vertu de son ordination » (ce qui n’exclut évidemment pas les interventions prévues de l’assemblée). Le récit de l’Institution est une composante de la Prière eucharistique. Il va de soi que sa lecture est strictement réservée au prêtre, ou à l’ensemble des concélébrants, le cas échéant. De plus, il ne faut en aucun cas changer le texte de ce récit, ce qui est le cas lorsqu’il est chanté sur la musique d’Amazing grace.

Faire chanter une partie du récit par des choristes constitue donc une sérieuse entorse aux règles liturgiques. Ces choristes n’agissent pas In persona Christi dans la célébration. Il conviendrait peut-être ici de rappeler l’article 28 de la constitution sur la liturgie Sacrosanctum Concilium qui dit clairement que, dans la célébration eucharistique, chacun fera « seulement et totalement » ce qui lui revient.

Si l’on souhaite vraiment solenniser ce moment, le Missel romain ainsi que le Missel des dimanches offrent des cantillations spécifiquement destinées au récit de l’Institution. D’ailleurs, la PGMR suggère l’utilisation de ces cantillations lors d’une messe concélébrée, afin de faciliter la compréhension du texte. Pourquoi ne pas puiser à ces trésors trop souvent négligés?

M.C.

Retour à la page précédente