Exposer le Saint-Sacrement après la messe

Q. On me pose parfois des questions sur le déroulement de la fin de la messe lorsqu’il y a exposition du Saint-Sacrement. Quand allume-t-on les cierges qui accompagneront l’ostensoir déposé sur l’autel? Je vous remercie de m’éclairer à ce sujet.

D.G.

R. Une bonne source d’inspiration pour préparer une telle exposition est le livre Culte eucharistique en dehors de la messe (éditions de la CECC, 20071). La quatrième section de cet ouvrage porte précisément sur « les différentes formes de culte à rendre à l’Eucharistie », incluant l’exposition du Saint-Sacrement et, au sujet de la question posée ici, la poursuite de l’adoration eucharistique après la célébration de la messe.

Un premier point est noté dans le Missel romain (p. 449 dans le petit format) : « Si la messe est suivie par quelque action liturgique, on omet le rite de conclusion. » Cette note rejoint l’article 94 de Culte eucharistique en dehors de la messe : « La messe se terminera par la prière après la communion, en omettant les rites de conclusion. » Plus spécifiquement, on pourrait subdiviser la séquence rituelle ainsi :

— Les cierges qui accompagneront l’ostensoir (ou le ciboire, s’il y a lieu) sont allumés discrètement sur l’autel, vers la fin de la communion. Après la communion, le ministre place la lunule dans l’ostensoir déposé sur l’autel;
— Le ministre se rend à son siège présidentiel pour dire la prière après la communion;
— Le ministre se rend devant le Saint-Sacrement, se met à genoux pour un court moment d’adoration, puis encense (3 fois 3 coups, selon les normes de l’encensement); ensuite, il se retire;
— Un temps convenable sera prévu pour l’adoration. Cette adoration peut être accompagnée et soutenue par des lectures de la Parole de Dieu, par des cantiques et des prières. Il est cependant essentiel de conserver des temps de silence.

L.-A. N.

1 Il s’agit de la réimpression du contenu d’un numéro du Bulletin national de liturgie publié en 1982.