La pratique des lampions

Q. Beaucoup de chrétiens de nos paroisses ont l’habitude d’allumer des lampions ou lampes de dévotion dans nos églises avant ou après la messe, ou bien lors de passage dans les lieux de pèlerinage.

Comment pourrais-je expliquer ce geste à d’autres chrétiens?

D. G.

R. La pratique d’allumer un lampion relève de la dévotion, mais possède un symbolisme très fort. Il importe surtout de ne pas y voir une forme de magie ou de superstition, ce qui dénaturerait le sens de cette belle pratique.

Le lampion allumé peut être vu comme le prolongement de la prière : une personne est passée par là, a adressé une prière à Dieu, prière qui peut aussi être une Action de grâce, parfois. Cette personne a physiquement quitté les lieux pour vaquer à ses occupations, mais le lampion poursuit silencieusement sa prière. Il y a même un fond évangélique dans cette pratique, puisque Jésus lui-même a dit à ses disciples : « Restez éveillés et priez en tout temps ». (Luc 21, 36)

Par ailleurs, la présence de multiples lampions – pensons ici aux lieux de pèlerinage – vient signifier la multitude des prières qui montent vers Dieu. Comme une forme de communion des saints, ces nombreuses personnes s’unissent dans la prière, même si elles ne sont pas passées au même moment.

Enfin, si ces lampions signifient les prières qui montent vers Dieu, leur éclairage – surtout dans la pénombre – vient symboliser la lumière du Christ éclairant l’humanité, répondant ainsi à la prière.

Voilà les quelques pistes de réflexion qui pourront guider vos interlocuteurs.

M.C.