Lectures de la messe du jour

Messe

(c) Association Épiscopale Liturgique pour les pays francophones - 2017

AELF


  • Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

    Frères,
        que dirons-nous d’Abraham, notre ancêtre selon la chair ?
    Qu’a-t-il obtenu ?
        Si Abraham était devenu un homme juste
    par la pratique des œuvres,
    il aurait pu en tirer fierté,
    mais pas devant Dieu.
        Or, que dit l’Écriture ?
    Abraham eut foi en Dieu,
    et il lui fut accordé d’être juste.

        Si quelqu’un accomplit un travail,
    son salaire ne lui est pas accordé comme un don gratuit,
    mais comme un dû.
        Au contraire, si quelqu’un, sans rien accomplir,
    a foi en Celui qui rend juste l’homme impie,
    il lui est accordé d’être juste par sa foi.
        C’est ainsi que le psaume de David
    proclame heureux l’homme à qui Dieu accorde d’être juste,
    indépendamment de la pratique des œuvres :
        Heureux ceux dont les offenses ont été remises,
    et les péchés, effacés.
        Heureux l’homme dont le péché
    n’est pas compté par le Seigneur.

                – Parole du Seigneur.




  • Refrain psalmique : (Ps 31, 7acd)

    Tu es un refuge pour moi ;
    de chants de délivrance, tu m’as entouré.

    Heureux l’homme dont la faute est enlevée,
    et le péché remis !
    Heureux l’homme dont le Seigneur ne retient pas l’offense,
    dont l’esprit est sans fraude !

    Je t’ai fait connaître ma faute,
    je n’ai pas caché mes torts.
    J’ai dit : « Je rendrai grâce au Seigneur
    en confessant mes péchés. »

    Toi, tu as enlevé l’offense de ma faute.
    Que le Seigneur soit votre joie !
    Exultez, hommes justes !
    Hommes droits, chantez votre allégresse !




  • Acclamation : (Ps 32, 22)

    Alléluia. Alléluia.
    Que ton amour, Seigneur, soit sur nous,
    comme notre espoir est en toi !
    Alléluia.

    Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

    En ce temps-là,
        comme la foule s’était rassemblée par milliers
    au point qu’on s’écrasait,
    Jésus, s’adressant d’abord à ses disciples, se mit à dire :
    « Méfiez-vous du levain des pharisiens,
    c’est-à-dire de leur hypocrisie.
        Tout ce qui est couvert d’un voile sera dévoilé,
    tout ce qui est caché sera connu.
        Aussi tout ce que vous aurez dit dans les ténèbres
    sera entendu en pleine lumière,
    ce que vous aurez dit à l’oreille dans le fond de la maison
    sera proclamé sur les toits.
        Je vous le dis, à vous mes amis :
    Ne craignez pas ceux qui tuent le corps,
    et après cela ne peuvent rien faire de plus.
        Je vais vous montrer qui vous devez craindre :
    craignez celui qui, après avoir tué,
    a le pouvoir d’envoyer dans la géhenne.
    Oui, je vous le dis : c’est celui-là que vous devez craindre.
        Est-ce que l’on ne vend pas cinq moineaux pour deux sous.
    Or pas un seul n’est oublié au regard de Dieu.
        À plus forte raison les cheveux de votre tête sont tous comptés.
    Soyez sans crainte :
    vous valez plus qu’une multitude de moineaux. »

                – Acclamons la Parole de Dieu.