Des vigiles durant le temps de Noël

Cet article a été publié originalement dans la revue Vivre et célébrer no 200, vol. 43, Montréal, Éditions de la Conférence des évêques catholiques du Canada, hiver 2009.

On sait bien que les médias et Internet cherchent à créer l’ambiance de Noël bien avant l’heure. L’Avent est de ce fait occulté, tandis que Noël représente pour la plupart la « totale », sans références chrétiennes significatives. Cette anticipation généralisée ne facilite pas la compréhension du temps liturgique de Noël, qui célèbre la manifestation du Verbe de Dieu dans notre humanité. Que faire pour résister à cette perte de sens ? Comment renouveler nos pratiques, stimuler les fidèles et les musiciens, aider les uns comme les autres à mieux saisir la portée de la manifestation du Sauveur dans ce monde ?

Une piste pour des célébrations originales

La veille de Noël, en beaucoup d’endroits, la chorale paroissiale présente un concert de Noël avec des chants traditionnels qui réjouissent les cœurs, même si leur genre littéraire est d’une autre époque. Cette pratique est certes louable. Mais on peut aussi, pour aller plus loin, envisager une vigile à partir de l’office prévu à la liturgie des Heures pour la veille de Noël et bâtir une célébration qui intègre quelques noëls bien choisis et des espaces musicaux, tout en offrant aux fidèles l’opportunité, non seulement de participer au chant d’une hymne d’ouverture, d’un psaume et d’une hymne finale, mais aussi d’écouter un texte poétique sur le mystère de l’Incarnation ou encore un conte de Noël. À cet effet, on peut trouver de belles choses dans Contes et récits pour Noël[i].

La veille du jour de l’An, solennité de Sainte Marie, Mère de Dieu, offre aussi une possibilité de vigile qu’on peut enrichir de lectures méditatives et de plages musicales. En plus d’honorer la Mère de Dieu, une telle veillée peut être l’occasion d’une action de grâce pour l’année écoulée. Une vigile est aussi possible en la veille de l’Épiphanie et de celle du Baptême du Seigneur. Une telle célébration n’est pas difficile à mettre en place : elle requiert la présence d’un président d’assemblée, d’un lecteur, du chantre-animateur, de la chorale et de l’organiste ; un travail minutieux de préparation est toutefois requis pour choisir, rassembler et agencer les divers éléments entre eux et assurer la cohésion de l’ensemble. Un premier essai peut être réalisé à l’occasion de Noël ; un deuxième pourra s’ajouter l’année suivante, à l’Épiphanie. Voici donc quelques idées d’ordonnance musicale.

Pour une vigile de Noël

À l’entrée des ministres, l’organiste peut interpréter À la venue de Noël de J.-F. Dandrieu, puis il entonne l’hymne d’ouverture Aujourd’hui dans notre monde (F 47 ou DMV 801[ii]), suivie du psaume 112, Louez, serviteurs du Seigneur (Z 112-2 ou CN 1[iii]), chantés par l’assemblée. Après l’oraison psalmique du psaume 112, par le président, la chorale chante en polyphonie La voici, la nuit de Dieu (F 256 ou DMV 398). Puis vient la lecture d’un texte poétique sur l’Enfant et sa Mère, suivie de l’Hymne acathiste (A. Gouzes, Abbaye de Sylvanès). La parole de Dieu est ensuite proclamée, après quoi la chorale poursuit avec le magnifique noël provençal O nuit brillante (F 203 ou CN 1), et l’organiste avec un noël méditatif. On peut ensuite réciter le Notre Père, puis chanter l’hymne finale Aujourd’hui la lumière a brillé (DMV 406). En conclusion, l’organiste interprète le Noël Suisse de L.-C. Daquin.

Pour une vigile du jour de l’An

Entrée des ministres : Or nous dites Marie de J.-F. Dandrieu, à l’orgue ; hymne d’ouverture : Vierge de lumière (V 223 ou DMV 631) ; psaume 112, Louez, serviteurs du Seigneur (Z 112-2 ou CN 1), par la chorale et l’assemblée ; oraison psalmique du psaume 112, puis Ô Vierge de l’écoute (DMV 638), par la chorale ; lecture d’un texte méditatif sur Marie, suivie de l’Hymne acathiste (A. Gouzes, Abbaye de Sylvanès) ; lecture de la parole de Dieu, puis Pleine de grâce, réjouis-toi (V 134 ou CN 1), par la chorale, suivi du prélude-choral pour orgue Das alte Jahr vergangen ist (« La vieille année s’en est allée ») de J.-S. Bach (Orgelbuchlein) ; hymne finale : À toi Dieu (Te Deum) (DMV 600), par tous ; conclusion : Noël pour l’amour de Marie de J.-F. Dandrieu, à l’orgue.

Pour une vigile de l’Épiphanie

Entrée des ministres : un noël pour orgue de C. Balbastre ; hymne d’ouverture : Peuple fidèle (F 5 ou DMV 402), par l’assemblée, la chorale et l’orgue ; psaume 71, psalmodié en forme continue, en alternance par le chantre et l’assemblée, et sur une formule psalmodique par versets (à 2 membres), le tout encadré par la belle antienne Un enfant nous est né, un Fils nous est donné (Y 8) ; oraison psalmique du psaume 71, puis Brillante étoile (F 57 ou DMV 394), par la chorale ; parole de Dieu, suivie de Qui es-tu, roi d’humilité (F 231 ou DMV 403), par la chorale et l’assemblée, et du noël pour orgue Chrétiens qui suivez l’Église de J.-F. Dandrieu, par exemple ; hymne finale : À pleine voix chantons pour Dieu (F 180 ou CN 1), par tous ; pièce instrumentale pour la sortie.

Pour une vigile du Baptême du Seigneur

Entrée des ministres : noël pour orgue sur les jeux d’anches Adam fut un pauvre homme de L.-C. Daquin ; hymne d’ouverture : Sauvés des mêmes eaux (I 20-72-1 ou DMV 584), par l’assemblée, la chorale et l’orgue ; cantique des rachetés AT 19 (Is 12) (DMV, p. 184), psalmodié par un soliste, avec l’antienne Exultant de joie, vous puiserez les eaux aux sources du salut, reprise par tous ; oraison psalmique du psaume 65, puis Brillante étoile (F 57 ou DMV 394), par la chorale ; parole de Dieu, suivie de la profession de foi, comme le Symbole baptismal (DMV 225), chanté par tous, et d’un noël pour orgue de L.-C. Daquin, le Noël sur les flûtes, par exemple ; hymne finale : À pleine voix chantons pour Dieu (F 180 ou CN 1), par tous ; pièce instrumentale pour la sortie.

Hélène Dugal

L’auteure

Hélène Dugal est titulaire des orgues de la basilique-cathédrale de Montréal, responsable de la musique à l’Office national de liturgie (Conférence des évêques catholiques du Canada) et directrice artistique des Éditions Laudem.



[i] Contes et récits pour Noël – Recueil de textes non bibliques pour réfléchir, méditer, célébrer, Paris, Éditons de l’Atelier, 1995.

[ii] DMV : D’une même voix, Éditions de la CECC– Novalis, 2002, 784 p.

[iii] CN 1 : Chants notés, tome I, Cerf–Chalet–Levain– Seuil, 1976, 335 p.